Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 21:48

1er décembre 1987, Philip Spencer, Royaume Uni

PRESENTATION

Après avoir été un policier municipal à Londres pendant quatre ans, Philip Spencer avait quitté cet emploi et avait déménagé avec son épouse et son bébé vers la région d’Ilkley moor dans le West Yorkshire pour être plus près de sa belle-famille.

Le 1er décembre 1987 à environ sept heure un quart, le ciel était sombre et couvert quand Spencer a dit au revoir à son épouse. Il avait décidé de traverser la lande pour aller à la maison de son beau-père, dans le village de East Morton sur l’autre côté d’Ilkley moor, et en chemin il espérait faire quelques photographies des paysages fantomatiques et étranges de la lande. Pouvoir obtenir les images qu’il désirait, il avait un film de haut ASA dans l’appareil photo, pour compenser la faible luminosité dans ce secteur.

En plus de son appareil photo, Spencer avait également emmené une boussole pour se diriger en cas de brouillard avant que le jour soit suffisant levé sur la lande. Spencer vivait dans la région depuis seulement quelques mois, mais en tant que marcheur expérimenté il savait avec quelle rapidité la brume et la pluie pouvaient surgir pendant l’hiver.

Tandis qu’il grimpait vers le haut des pentes raides de la lande il a décidé de ne pas prendre son itinéraire normal qui était plus court mais plus fatiguant. Il a marché le long de building White Wells, un repère qui marque le bord de la lande, et a alors pris un chemin qui l’a amené vers une pente raide et après une série d’arbres.

Alors qu’il approchait des arbres il a vaguement entendu un bruit de ronflement, qu’il a pris pour un avion qu’il ne pouvait pas voir en raison de la couche de nuages. Le sommet de la colline avait été dégagé à un moment donné dans le passé éloigné, et le chemin plongeait, bordant le bord d’un creux énorme. Soudainement quelque chose qui se déplaçait a attiré son attention. Se tournant, il a vu une petite créature verte, de pas plus de quatre pieds de haut, à une distance d’environ 30 pieds ou plus. Elle est partie rapidement au loin dans le creux, et quand elle était à environ 40 à 50 pieds de distance, il a pensé “qu’est ce que c’est que ça?” et a crié “hé!” vers l’être. A ce moment, l’être s’est tourné et a agité le bras comme pour lui faire signe de s’éloigner. Spencer s’est rappelé qu’il avait son appareil photo et a pris un cliché.

La créature a alors disparue de la vue derrière une bosse. Spencer a rassemblé ses esprits et a couru, sautant en bas du remblai à la poursuite de l’être. Il a expliqué plus tard qu’il ne savait pas pourquoi il l’a fait et qu’il avait agi sur une impulsion. Il a dit que la créature se traînait plutôt qu’elle ne marchait mais néanmoins elle s’est déplacée beaucoup plus rapidement qu’un humain. Il a tourné un coin, et il n’y avait plus aucun signe de l’entité, mais il est arrivé juste à temps pour pouvoir voir un grand objet argenté en forme de deux assiettes accolées par leurs bords, avec un dôme voûté, s’élever au dessus de la lande et disparaître dans les nuages. Sur le dessus du dôme il y avait une partie blanchâtre, comme une boîte avec une série d’ouvertures découpés. A ce moment il s’est également rendu compte que le bruit de ronflement qu’il avait entendu précédemment était tout à fait fort maintenant et venait de la soucoupe. Il n’a pas eu du tout le temps de prendre une photographie de l’objet.

Le silence régnait maintenant, et la pluie s’était arrêtée. Comme il ne voyait plus rien de l’être ou de son engin, il a commencé à marcher à Menston, le village le plus proche. Il était plutôt secoué et a abandonné son projet de visiter son beau-père. Ce trajet vers Menston lui a pris environ 30 minutes, et pendant ce temps, il a réalisé un certain nombre de choses. Tout d’abord, sa boussole se dirigeait maintenant dirigée au sud au lieu du nord, et deuxièmement, il fut étonné de trouver la ville active avec des gens dans les magasins. Il a jeté un coup d’oeil vers l’horloge de la mairie et s’est rendu compte qu’elle affichait 10:00 du matin, tandis que selon son estimation il aurait du avoir été autour de 08:00 du matin.

Spencer était maintenant en pleine confusion. Avait-il vu ce qu’il a pensé avoir vu? Pour répondre à cette question brûlante, il s’est rendu en autobus à la ville de Keighley, la ville la plus proche ayant un magasin de photographie avec un service de développement et tirage immédiat de photographie. Environ deux heures plus tard, il avait sa photographie de la créature, et il a su alors qu’il n’avait pas été victime d’hallucinations. La créature semblait avoir dans les 4 pieds de haut, et avait une teinte bleu-vert sur sa peau. Spencer savait qu’il tenait quelque chose d’importance, ou du moins, il le pensait.

 

Profondément troublé, Spencer décidé de contacter un ufologue. A la librairie locale, il trouve l’adresse de Jenny Randles, une spécialiste des OVNI plutôt connue au Royaume-Uni, et lui écrit une lettre relatant ce qui lui est arrivé. Jenny Randles l’a alors mis en contact avec Peter Hough, un collègue ufologue et Spencer convient avec lui qu’une recherche détaillée soit entamée.

Hough savait que l’histoire qu’il entendait avait l’air “trop belle pour être vraie,” et cela l’inquiétait, mais après avoir discuté avec Spencer, il a été convaincu qu’il est un homme intègre et qu’il ne cherche ni la renommée ni l’argent. Il n’y avait aucune raison de ne pas croire ce que Spencer lui avait indiqué, si ce n’est la haute étrangeté des événements eux-mêmes. Hough a donc commencé une enquête complète.

L’ufologue Jenny Randles a également étudié le reste de ses photos sur le même film et a trouvé que les autres images sont conformes à son histoire. Il n’y a aucune autre image de l’être ni avant ni après la photographie en question, comme cela aurait pu être le cas s’il avait installé un mannequin et avait essayé différentes poses ou éclairages pour voir lesquelles auraient produit une image persuasive avant de soumettre la meilleure aux ufologues. Il y avait seulement 5 images laissées vierges après sur le film, celles que Spencer avait prévu d’employer en photographies de paysage pendant sa promenade dans la lande.

Puisque Philip Spencer n’a voulu aucune publicité et n’avait pas eu la moindre intention d’obtenir quelque gain financier de son expérience, il a demandé aux enquêteurs de ne pas divulguer son vrai nom. C’est pourquoi les comptes rendus et documents concernant ce cas appellent le témoin “Philip Spencer,” ce qui n’est que le pseudonyme suggéré par Peter Hough.

 

Environ six semaines après le début de l’enquête, Spencer reçoit “la visite inattendue de deux hommes qui prétendent être des agents des services de renseignement de la Royal Air Force.” En lui montrant, rapidement et de loin leurs laissez-passer officiels, ils déclinent leurs noms: Jefferson et Davis. Puis ils lui expliquent que leur mission consiste à récupérer la photographie que Spencer a prise à Ilkley Moor. Mais celui-ci a déjà remis la photo à Hough. Les visiteurs repartent bredouilles et mécontents.

Ce qui a étonné Hough, c’est que quiconque ait pu connaître l’existence de la photographie. Spencer n’en avait parlé qu’à sa femme, à Peter Hough, à Jenny Randles et à Arthur Tomlinson, autre ufologue enquêtant sur cette affaire. Informé de la mésaventure de Spencer, Hough contacte les services de renseignement de la Royal Air Force pour obtenir confirmation de l’identité des visiteurs. On lui répond que personne de ce nom n’existe chez eux et qu’aucun membre des services en question ne s’est rendu chez Spencer. Devant ces faits troublants, Hough parvient à la conclusion que Spencer a été la victime d’un des aspect curieux du phénomène ufologique: une visite des “Hommes en noir.”

suite et fin de l'article avec photo et coupures de presse :
http://knol.google.com/k/exobio/abduction/nvmqvyk1cxru/7

Partager cet article
Repost0

commentaires

J

zero sur fond noir impossible de lire


Répondre