Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 08:25
Blog de darkbeone : le monde de l'étrange, Un polaroïd pour la Nasa...

Que savons nous de la Lune ?

   Les astronautes sont allés là-bas, ils ont parcouru quelques kilomètres, ramassé quelques cailloux, pris des photos, et hop, trois petits tours et puis s’en vont !

Depuis, la Lune semble avoir perdu tout intérêt.

Aujourd’hui nous envoyons des sondes dans l’espace, nous lançons des navettes dans la proche périphérie de la Terre, mais lorsque nous nous projetons dans l’avenir, nous ne rêvons plus de la Lune.

Il semble que la Lune soit morte ; qu’elle appartienne au passé. L’avons-nous donc explorée de fond en comble ?

Pas du tout ! Si l’on se réfère aux seules missions officielles américaines et soviétiques, l’immense majorité de la Lune nous demeure encore totalement inconnue ; sans parler de son sous-sol.

Or, puisque nous savons si peu de chose à son sujet, pourquoi donc l’avons-nous abandonnée si brutalement ?

Et comment se fait-il que les gens ne se posent pas plus souvent la question ?

Sommes-nous devenus amnésiques pour avoir oublié à ce point les ambitions de conquête que nous avions ?

Que sont devenus ces beaux projets de bases lunaires que nous projetions d’aménager ?

Tout était prévu, calculé sur 20 ou 30 ans.

 C'est trop cher, la Lune ?

Comment croire que la construction de stations spatiales exiguës qui coûtent des milliards de dollars et qui sont dotées d’une espérance de vie limitée soit plus rentable ?

C’est absurde !

Sur la Lune nous aurions pu édifier des bases au cœur des nombreuses cavités. Elles auraient été destinées à durer. Nous aurions pu nous lancer dans des programmes d’exploitation à long terme de ses ressources.

 Trop loin la Lune ?

Aujourd’hui, techniquement, le voyage Terre/Lune ne poserait plus de problème.

  Pas pratique ?

Allons bon, l’assemblage de boîtes de conserve tournant dans le vide, et qui retomberont inexorablement sur nos têtes, avec les risques que cela comporte, voilà une solution bien pratique !

   Ne soyons pas naïfs ! Non seulement j’ai l’impression que nous avons tourné en rond depuis 40 ans à l’intérieur de nos navettes, mais en plus, que nous avons tourné en rond dans le mauvais sens !

   Alors encore une fois, pourquoi avons-nous abandonné la colonisation de la Lune ? 

     Voilà une question qui devrait nous tracasser. Cependant tout se passe comme si un grand hypnotiseur, roi de l’embrouille, nous avait fait apparaître cet abandon comme la chose la plus naturelle du monde. Or, c’est peut-être justement là le plus grand mystère de la Lune : cet abandon, s’il n’y avait pas tous les autres !

 Des hypothèses ,

    De deux choses l’une, soit la conquête lunaire s’est prolongée dans le cadre secret des fameux programmes « noirs » ? 

On ne voit pas trop, dans ce cas, l’intérêt d’avoir débuter ce programme avec des missions aussi médiatisées que l’étaient celles d’Apollo. Soit la lune est déjà occupée par des êtres qui nous considèrent comme des indésirables.

Voici ce qu’écrivait déjà en 1976 George Léonard, dans son admirable livre « Ils n’étaient pas seuls sur la Lune » :

« …Les engins de travaux publics, les cratères aux crêtes arasées, les objets étranges, les constructions ; nous, c’est à dire nosenvoyés spéciaux les astronautes, ont vu tout cela, et ils l’ont vu de près. Et ils ont dit ce qu’ils avaient vu : des êtres vivants et travaillant comme des forcenés, là-haut, sur « notre » lune, presque sous notre nez…

   Que fait-on quand on se trouve face à face avec des extra-terrestres peu aimables capables d’abattre un pan de montagne d’un coup de pelleteuse ou d’écraser, si la fantaisie leur prend, votre vaisseau spatial d’une chiquenaude ? Que fait-on quand on a acquis la conviction qu’ils ne s’en iront que quand Ils auront terminé les travaux mystérieux qui paraissent tant les absorber ?

   C’est simple : on se retire soi-même sur la pointe des pieds. Et on annonce au reste du monde que les vols spatiaux ont perdu tout leur intérêt, qu’il n’y a rien sur la Lune et que, de toute façon, cela coûte trop cher d’y aller voir. Si on vous pose des questions gênantes, vous déclarez tout simplement que cela ne regarde personne. Voilà exactement où nous en sommes avec la Lune et ses programmes exploratoires. »

  Depuis 1976, il semble que la situation n’ai pas beaucoup changée, et que nous en sommes toujours au même point

lire la suite :

Partager cet article
Repost0

commentaires